Marie-Antoinette, Stefan Zweig – 1933 – Ed. Le Livre de Poche, 494 p.

Stefan Sweig nous retrace les aventures de Marie-Antoinette d’Autriche à travers cette riche biographie. Cette femme, méconnue de nombreux d’entre-nous, fut la femme de Louis XVI. Elle effectuera son règne avec (un peu trop) de légèreté et de négligence, et fera face à la Révolution Française qui conclura la fin de sa souveraineté.

Résumé

Marie-Antoinette fut reine de France, épouse de Louis XVI. Elle sera décrite comme une femme légère, frivole, méprisante et attiré par les beaux bijoux. La négligence qu’elle portera auprès du peuple français, au détriment des soirées mondaines, poussera ce dernier à se retourner contre la couronne et enflammera les braises d’une Révolution naissante. L’affaire du collier annoncera le début d’une forte colère envers la reine de France. Marie-Antoinette sera victime d’une arnaque digne d’un roman. Une supercherie qui la fera accuser d’utiliser les richesses du peuple pour acheter un bijou de forte valeur. Ainsi se développera la grande Révolution Française.

Mon avis sur l’œuvre

Stefan Zweig est un grand écrivain et historien, connu notamment pour ses biographies. Cet œuvre est la première que je lis de cet auteur, et ce n’est sûrement pas le dernier ! Sweig nous plonge dans une histoire poignante (qui est, tout de même, l’histoire de notre pays) et arrive à nous faire vivre la Révolution Française comme si nous y étions. Malgré le bien fondé non négociable de la Révolution, nous en venons à avoir de la peine pour ce pauvre roi obèse et fainéant, et pour cette reine désarmée face à un tel rejet de son peuple.

Il est intéressant de vivre l’histoire sous l’aspect « royal » et d’essayer de comprendre, malgré tout, la situation des rejetés du peuple. Chaque lettre (peu nombreuses, puisque Marie-Antoinette avait trop peu de patience pour se poser afin d’en rédiger) est intense. La reine de France les a écrites ! Personnellement, j’en avais des frissons.

L’amour interdit que vivra Marie-Antoinette avec Hans Axel de Fersen est intense. Nous y percevons tant de loyauté, ce fut très émouvant et à la fois difficile. Cette femme, qui subit une incompatibilité face à son mari depuis le début de leur histoire, se retrouve infidèle. Nous ne pouvons qu’avoir de la peine pour Louis XVI qui observe passivement cette histoire d’amour face à laquelle il ne peut rien faire.

La traduction de Alzir Hella (traducteur également de A l’Ouest rien de nouveau) est très agréable, douce et riche.

Conclusion

Ce livre est considéré comme un « chefs-d’œuvre » de la biographie classique, que je pense être un incontournable. Je le conseille très vivement à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de France, ou également à ceux qui, comme moi, disposent d’honteuses lacunes dans ce domaine… Ou bien même à tout lecteur curieux 😊.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s