Camille, mon envolée, Sophie Daull – 2015 – Ed. Le Livre de Poche, 189 p.

Sophie Daull est comédienne, Camille, Mon Envolée est son premier roman. A travers cet ouvrage, elle retrace une des plus grandes tragédies de son existence : la mort de sa fille, Camille.

Résumé

Après quatre terribles jours de fièvre, Camille, 16 ans, décède. Quatre jours pendant lesquels elle s’est battue. Après avoir contacté les urgences à plusieurs reprises, le diagnostic reste le même : ça n’est rien, ce doit être une grippe, il faut prendre du doliprane et ça passera. Ca ne passe pas. Ce 23 décembre 2013, le coeur de Camille ne tient plus le coup et s’arrête. Sophie Daull perd sa fille. Ecrire pour ne pas oublier. Voici le récit d’une femme endeuillée.

Mon avis sur le livre

Je ne peux mentir en n’avouant pas que ce livre m’a imposée énormément de douleur. « Mon petit chat », « chaton », « mon chat », « ma disparue ». Nous y sommes, dans le cœur déchiré de cette pauvre femme qui a perdu une part de sa vie. Le désarroi de Sophie Daull qui a tenté à tout prix de sauver sa fille, qui a recontacté les urgences à de multiples reprises. Une erreur de diagnostic, une douleur a laquelle les professionnels ne croient pas, et puis un cœur qui s’arrête.

Lorsque j’ai entamé ce livre, je connaissais (bien évidemment) la fin. J’étais préparée à lire cet ouvrage non des plus joyeux. Et pourtant les larmes ne cessaient de couler. Que c’est dur, cette réalité qui fait mal, qui fait peur. Je pense que ce dernier aspect est le plus difficile à accepter. Cette pauvre enfant a disparu en quatre jours, sous une maladie qui ressemblait à une grippe corsée. Notre corps peut cacher des secrets bien sombres.

L’écriture de Sophie Daull ne peut que retranscrire avec beaucoup de simplicité sa douleur. Ce livre, cette lettre d’adieu à son enfant disparu, a été rédigé dans le vif de la douleur. A travers plusieurs flash-backs nous vivons les derniers jours de Camille mais également les quelques mois qui suivront durant lesquels Sophie Daull explique à sa fille comment elle se traîne, comme les jours se ressemblent et sont douloureux. Petit à petit, nous sentons qu’elle se prépare à dire au revoir.

Chaque page, chaque mot est douloureux. Mais c’est un beau livre, un bel exemple de courage face à un deuil qui paraît insurmontable.

Conclusion

Cet ouvrage est le récit courageux d’une femme qui a perdu son enfant. Je ne conseillerais pas aux larmes de crocodile de le lire dans un lieu public. Ce livre est douloureux, mais il est intéressant à « vivre ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s